GoPro Hero 3 Black : la vue subjective à la hauteur !

 

La petite boite grise qui orne les casques des meilleurs pilotes est bien connue de tous : elle se faufile là où on ne l’attend pas. Elle subit les pires mal-traitances que l’imagination créative puisse lui suggérer pour satisfaire nos yeux ébahis. Son usage, sur terre, dans les airs et sous l’eau, est devenu un incontournable des sports extrêmes. Pour quelles bonnes raisons ?

 

 

 » La caméra la plus versatile  » de l’histoire se glisse là où la mise en oeuvre d’un boitier DSLR serait hasardeuse : difficultés de fixation, résistance aux conditions difficiles, poids important, réglages fastidieux, risque financier important… La GoPro est pensée pour éluder ces problématiques. Reste que pour une production de niveau professionnel, il lui faut respecter certains niveau de performance.

 

 

Seule la version haut de gamme, la GoPro Hero 3 Black Edition, respecte ces critères de qualité d’image : résolutions (netteté), fréquences d’images (beaux ralentis) et option de traitement (couleurs maitrisées) garantissent l’insertion dans mon flux de production dédié à la maitrise du contenu. Grâce à cet outil, je peux travailler sur l’incarnation des personnages qui ornent mes productions. La diversité des vues subjectives possibles n’a d’égale que l’imagination dont on peut faire preuve pour se servir à bon escient d’un tel instrument.

 

 

Petit aperçu de ces possibilités avec cet auto-portrait, première réalisation utilisant la GoPro Hero 3 Black Edition en conditions de tournage.  » Noyées  » parmis les images du boitier DSLR, bien malin qui retrouvera toutes les images réalisées avec la petite boite grise ?!

 


 



Laissez un commentaire